Je m’en suis mis plein le baba avec Max

 

 

 

 

 

 

 

 

Un soir, alors que je devais rejoindre des amis un peu tard au restaurant, l’un d’entre eux m’appelle et me demande ce que je veux pour le dessert, dans sa liste il me propose « le baba au rhum avec, posé à coté, la bouteille de vieux rhum 10 ans d’âge » : « stop oui je veux ca : le baba»

Pourtant je n’ai jamais été spécialement intéressée par le baba : ni dégoutée ni réfractaire plutôt complètement indifférente à cette pâtisserie, mais, ce soir là, l’idée d’avoir une bouteille entière de Rhum  à ma disposition a eu raison de mon mépris.Et je ne l’ai pas regretté en voyant arriver le baba : une superbe génoise, une crème fouettée ultra légère, et cette fameuse bouteille de Rhum …

Je me suis dis que le baba était un dessert complètement sous-estimé et j’ai donc décidé de partir à la recherche d’un autre amateur : c’est mon ami Max qui a répondu à l’appel.
Cela ne m’a pas tellement étonné : étudiant en géographie à Normal Supérieure, avec ses pantalons de couleurs et son goût pour l’opéra, Max cultive son originalité et est le parfait mangeur de baba au Rhum : chic et baroque à la fois.

Nous nous sommes donc retrouvés chez Storher, patisserie rue Montorgeuil, ouverte  en 1730 par Nicolas Storher, patîssier de Marie Leszczynska épouse deLouis XV et fille du roi Stanislas de Pologne. Selon la légende c’est lui qui créa le baba au Rhum pour le vieux roi Stanislas qui trouvait son kougloff est un peu trop sec…

Comme moi, Max a découvert le baba assez récemment : un soir alors qu’il allait diner seul au Terminus Nord avant de prendre son train pour Londres, il a commandé comme  dessert un baba qu’on lui a apporté avec un petit pot de crème «fait maison excellente ». Il a ensuite réitéré au Zéphyr, petit restaurant de cuisine française dans le 19éme, et son amour pour le baba s’est confirmé. Il aime le côté ludique du baba  « un vrai plaisir de faire  soi même sa petite cuisine. »

En règle général Max adore les desserts : Il a des phases « monomaniaques » où il mange pendant trois mois tout le temps la même chose.
Quand il était petit à la campagne, près de chez sa grand-mère, c’était les « jésuites » : gâteaux un peu étendu avec de la frangipane, beaucoup d’amande et des amandes effilés sur le dessus. Il a ensuite remplacé ces gâteaux par des croissants aux amandes qu’il traquait dans toutes les pâtisseries parisiennes.
A Lyon où il étudiait : il raffolait des diplomates, gâteaux aux chocolats  et raisins secs hyper lourds « j’étais obligé d’aller faire des siestes après en avoir mangé. »
Il a également eu sa période « Cheese Cake » lorsqu’il est parti au Japon faire son mémoire sur l’agriculture urbaine à Tokyo, notamment le Cheese cake au thé vert.
Il a finalement fini par en être dégouté  le jour où il en a confectionné un et s’est rendu compte à quel point c’était gras… sa passion pour le thé vert, elle,  n’a pas cessé.
Il aime d’ailleurs beaucoup aller à Paris chez Ju Ji Ya* déguster des glaces au thé vert. Là bas il aime aussi le Azuki : pâte d’haricot rouge écrasé, granuleuse et sucréd qu’il mange tiède cuisinéd comme des boules cocos.

Parmi les autres obsessions culinaires  de Max on peut compter en vrac : les huitres, les pains au raisins, le poulet rôti, le Toffee pudding ou encore le boudin noir « je vendrais mon père pour un bon boudin noir … »

Nous goutons  donc finalement notre baba « ça a quand même une forme de bite » remarque Max. Il est délicieux, la génoise est légère  et il y a beaucoup de rhum.
Nous tombons d’accord-même si ce baba est exquis- rien ne vaut un vrai baba déguster au restaurant  avec le rhum et la crème fouettée à part.
Car ce qu’on aime chez le baba au delà de son nom hilarant, de sa forme phallique et de son côté un rien suranné, c’est de pouvoir participer à son élaboration finale en ne lésinant pas sur le Rhum ! Hip !

Les bonnes adresses Baba :
Pâtisserie Sthorer,
51 Rue Montorgueil  75002  Paris
Terminus Nord, 23 rue de Dunkerque, 75010 Paris, Ouvert 7J/7 de 7hh30 à minuit (le dimanche de 8h30 à 23h)
Le Zephyr, 1 Rue de Jourdain – 75020 Paris

Les autres adresses de Max :
Chez Paul
, 13 rue de Charonne, 75011 Paris : restaurant, bonne cuisine française.
Workshop Issé, 11 rue Saint-Augustin, 75002, Paris : petite épicerie japonaise où un menu unique est servi le midi.
Pâtisserie- traiteur Pignol,17 Rue Emile Zola, Lyon (pour ses pains aux chocolats délicieux.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s