GOOD TRIPES : J’ai mangé une soupe de tripes avec Marissa Séraphin.

MARDIN, rue du faubourg Saint Denis : nous nous retrouvons dans une toute petite gargote avec Marissa Seraphin pour manger une soupe de tripes. Ici on peut goûter différentes soupes turques : aux tripes, aux lentilles, au poulet, au yaourt. Toutes sont servies avec du gros pain et des piments, toutes à 3,50 euros, on peut aussi y boire du Ayran (lait caillé) l’été.

Pour Marissa ce sera la Iskembe Corbasi (soupe aux tripes), l’un de ses plats préférés. Cette étudiante en stylisme de 22 ans, toute fine et très stylée, a des goûts culinaires qui détonnent avec son apparence. En fait, elle mange de…TOUT. Des tripes aux blattes, elle nous raconte ses expériences culinaires les plus extrêmes.

C’est son père, d’origine polonaise, avec qui elle a beaucoup voyagé, qui l’a toujours incitée à la curiosité, dans la vie en général et dans la cuisine en particulier. C’est lui qui l’a emmené pour la première fois chez Mardin où elle n’osait pas au début goûter la soupe aux tripes : « Je n’osais pas goûter, ça me paraissait dégueulasse du coup j’ai goûté toutes les autres soupes. Avant celle-là. Un jour vers 17 ans j’ai eu un déclic et j’ai testé la soupe au tripes : j’ai adoré ca ! Maintenant je viens ici très souvent»

Depuis ce « déclic », elle a testé les tripes sous toutes leurs formes : dans les soupes phô que prépare sa mère d’origine vietnamienne, dans les Flaki recette polonaise, et aussi dans des recettes françaises traditionnelles comme les tripes à la mode de Caen…

Même « si elle pourrait manger des tripes tout les jours » Marissa n’est pas du genre à avoir un aliment de prédilection. Non, elle veut tout goûter : « je varie beaucoup je ne veux pas manger la même chose deux fois. » Elle avoue d’ailleurs que son plus gros budget est dédié à la nourriture et qu’elle préfère bien manger même si elle doit du coup se priver sur d’autres choses.

Marissa a beaucoup voyagé : elle a mangé du chien au Vietnam « très fort, avec beaucoup de gras autant que dans le canard », des blattes en Thaïlande « croustillantes avec un liquide jaune à l’intérieur quand on croque dedans, un peu comme les chewing gum fourrés bi-goût », du serpent au Cambodge « comme du poulet, je pourrais en manger très régulièrement. » Elle avoue aussi adorer la viande crue : « je ne l’ai jamais dit à personne mais il m’arrive de découper un morceau de viande cru avant de la cuire. En fait j’adore le goût du sang. »

Evidemment, pour cette singulière mangeuse, aller au restaurant est une fête. Elle a deux listes dans son Iphone : une pour les restaurants où elle veut aller et une de ceux où elle a été.

C’est aussi parfois l’occasion de tester des pratiques alimentaires originales.
Ainsi elle a dîné dans le resto « dans le noir » à Paris où elle a dégusté totalement dans l’obscurité un menu surprise : elle n’a pas pu deviner tout ce qu’on lui a servit. Elle a réalisé l’importance du visuel dans la dégustation d’un plat : « la vue procure les ¾ du plaisir ». Elle a également fait l’expérience de manger sans couverts dans un petit restaurant indien du 10ème : « j’ai mangé des plats pleins de sauces. Je ne suis pas une chochotte».

Lorsqu’on lui demande de citer ses restaurants préférés, Marissa est tiraillée par l’ampleur du choix. Cette Indiana Jones de la gastronomie privilégie la profusion d’expériences à la fidélité à une table. Elle finit par concéder et refile ses bon plans, “pour faire plaisir”, précise-t-elle. Dans sa liste: Le tambour « car on peut y manger un steak tartare hyper bon à 5 heure du matin ». Phô 14, dans le 13éme où elle commande la Pho spéciale avec des tripes (évidemment !) et des Banh Cuon, petites crêpes vietnamiennes. Et enfin Le Ju Ji Ya, un restaurant minuscule rue saint Anne où sont servit pour elle « les meilleurs Bento » de Paris.

Pour Marissa la gastronomie est un terrain de jeux inépuisable. Ni obsessionnelle ni compulsive c’est une mangeuse aventurière et curieuse de dévorer des nouveautés. Mais si vous l’invitez à dîner chez vous, ne lui préparez pas des betteraves, des radis, du foie, des endives ou des épinards car ça, même si elle est très bien élevée, elle ne le mangera pas.

Ses bonnes adresses :
Mardin, 19 rue du Faubourg Saint Denis, 75010 Paris
Le tambour, 41 rue Montmartre, 75002 Paris
Phô 14, 129 Avenue de Choisy, 75013 Paris
Le Ju Ji Ya, 46 Rue Saint Anne 75002 Paris
Dans le noir,51 rue Quicampoix, 75004

Publicités

Une réflexion au sujet de « GOOD TRIPES : J’ai mangé une soupe de tripes avec Marissa Séraphin. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s